Psychiatrie et addictologie : une mine d’informations passionnantes

Psychiatrie et addictologie : une présentation

Le projet

Psychiatrie et addictologie s’adresse aux étudiants de second cycle des études médicales. L’ECN de psychiatrie et d’addictologie a donc été mis à jour pour répondre à la réforme 2020 afin de couvrir l’ensemble du programme de psychiatrie et d’addictologie. Ainsi l’objectif est de proposer un outil adapté pour l’acquisition et l’organisation des connaissances. C’est pourquoi, celles-ci ont été actualisées. La démarche pédagogique adoptée par les auteurs souhaite aider les étudiants qui n’auraient pas eu notamment accès à des stages dans les services cliniques. 

En effet, la psychiatrie et l’addictologie sont des disciplines qui imposent de multiples approches : biologie, développementale, psychologique, sociale. Ainsi ces disciplines parfois complexes demandaient une approche claire, intégrative et structurée. En conséquence, la terminologie utilisée et les recommandations proposées ont été l’objet d’un consensus.

 

Les premiers modules

 

La section généralités nous rappelle que les maladies sont organisées par une classification internationale des maladies définies par l’OMS. Mais il existe un système de classification spécifique des troubles mentaux que l’on doit à l’association américaine de psychiatrie. Ce modèle est d’ailleurs plus utilisé pour la recherche clinique en psychiatrie que le classement de l’OMS. 

Il nous est donc rappelé l’importance de la santé mentale pour le bien-être, se réaliser, mais aussi surmonter les tensions et contribuer de manière productive à la communauté. Il est, en outre, nécessaire de cibler les risques et d’assurer une prévention adaptée. C’est pourquoi la relation médecin-malade doit être particulièrement soignée ! Les situations d’urgence comme l’agitation aiguë, la crise d’angoisse ou la conduite suicidaire pointe ce besoin du soignant dans de bonnes conditions générales. De plus, certaines situations comportent des risques spécifiques (sujets en précarité, grossesse, sujet âgé, deuil, malade).

Troubles psychiatriques à tous les âges

Le module des « Troubles psychiatriques à tous les âges » explore les différents types de cas. On découvre ainsi que la schizophrénie atteint entre 0,6 et 1 % de la population et se déclenche entre 15 et 25 ans. De plus, cette maladie est augmentée par des facteurs comme la consommation de cannabis, la migration ou grandir en milieu urbain. Malheureusement on apprend aussi que l’évolution de la maladie est chronique.

Les troubles psychotiques se caractérisent par des idées délirantes sans désorganisation ni syndrome négatif. Parfois des hallucinations peuvent s’ajouter à ces symptômes. Quant aux troubles de l’humeur, ce sont des épisodes dépressifs caractérisés ou récurrents. La tristesse pathologique est donc liée à cet état ainsi qu’une baisse d’énergie. Mais, le livre nous le rappelle, il existe « une constellation de symptômes et de signes qui varient d’un sujet à un autre » et « selon l’intensité » qui peut-être légère, modérée ou sévère. 

En conséquence, on classe aussi dans les troubles de l’humeur, les troubles bipolaires. Selon les auteurs, il s’agit donc d’un des troubles psychiatriques sévères, chroniques et fréquents. Premièrement on décèle alors des changements pathologiques de l’humeur, de l’activité et de l’énergie dans un sens ou dans un autre. Deuxièmement le trouble anxieux généralisé (TAG) recoupe, de son côté, les émotions anxieuses, les cognitions anxieuses et les comportements anxieux. Leur intensité et leur retentissement peuvent être le signe d’une autre pathologie ou se manifester en tant que diagnostic spécifique. Troisièmement le trouble panique est une « extension » de la pathologie anxieuse. En ceci, cette fois, nous expliquent les auteurs, les attaques de panique se répètent. On trouve ici l’agoraphobie. A ces troubles s’ajoutent la phobie, le trouble obsessionnel compulsif, trouble de stress post-traumatique, trouble de l’adaptation, trouble de personnalité, etc.

Troubles psychiatriques débutant dans l’enfance ou dans l’adolescence. 

Les auteurs posent les bases du système de développement normal de l’enfance. On trouvera ensuite dans cette partie précieuse, une partie sur les troubles du spectre de l’autisme (TSA) et le trouble déficit de l’attention hyperactivité (TDAH). Les troubles du comportement chez les enfants ou les adolescents sont souvent le trouble opposition avec provocation (TOP) et le trouble des conduites (TC). Une longue partie revient aussi sur les troubles de l’alimentation. Si, au départ, les modifications sont des mécanismes adaptatifs à des situations de stress psychique, on constate qu’ils sont « rapidement débordés et aboutissent à la mise en place d’un comportement contraignant ayant des effets délétères. Au final, cela peut aboutir jusqu’au décès.

Addictologie

L’addiction a été définie en 1990 comme « un processus par lequel un comportement, pouvant permettre à la fois une production de plaisir et d’écarter ou d’atténuer une sensation de malaise interne, est employé d’une façon caractérisée par l’impossibilité répétée de contrôler ce comportement et sa poursuite en dépit de la connaissance de ses conséquences négatives ». On peut évoquer ainsi la consommation d’alcool, tabac, opiacé, médicaments. Mais il peut y avoir des addictions sans substances comme les jeux vidéo, jeu de hasard ou d’argent, sexe, internet, achat, exercice physique. L’ouvrage revient de manière passionnante sur le tabac ou sur l’alcool. On découvre notamment qu’une consommation de six verres standards en une occasion correspond à une alcoolisation. Dans les parties qui suivent, sont évaluées les différentes drogues comme le cannabis largement minoré dans la société mais aussi les addictions comportementales.

Pour finir

L’ouvrage se termine avec un présentation des possibilités de soins sans consentement avec les modalités qu’elle requiert. Pour finir, les différents types de techniques psychothérapeutiques et les psychotropes sont présentés très efficacement.

Si l’ouvrage termine sur une note un peu tristounette avec les modalités d’évaluation du handicap psychique, il est avant tout d’un immense intérêt. Bien sûr pour les étudiants de médecine, les soignants. Au-delà il intéressera tous ceux qui de près ou de loin s’intéressent à ces questions.

En un mot : passionnant !

Le livre et les auteurs

Le livre

Le CNUP (Collège national des universitaires de psychiatrie), l’AESP (Association
pour l’enseignement de la sémiologie psychiatrique) et le CUNEA (Collège
universitaire national des enseignants d’addictologie) proposent la troisième
édition du Référentiel de Psychiatrie et Addictologie, entièrement révisée et
conforme au programme 2020.
Ergonomique, clair et synthétique, ce référentiel est un instrument d’apprentissage,
d’entraînement et d’auto-évaluation complet et pratique. Son objectif
est de mettre à disposition des étudiants du DFASM (Diplôme de formation
approfondie en sciences médicales) les connaissances nécessaires à leur préparation
conformément au programme 2020 Lire plus

Parmi les auteurs

Marie Rose Moro, Fondatrice et Présidente de l’Association Internationale d’EthnoPsychanalyse est psychiatre, professeur de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent à l’université Paris Descartes et psychanalyste française. Elle dirige la maison des adolescents, la Maison de Solenn.
Elle est spécialiste … lire la suite

Professeur de Psychiatrie et d’Addictologie – CHRU de Lille …voir plus

Le docteur Ali Amad, chef de clinique dans le pôle de psychiatrie du CHRU de Lille …Lire plus

Pour aller plus loin

Découvrir le « Collège national des universitaires de psychiatrie ».

Le Collège National des Universitaires de Psychiatrie (CNUP), association régie par la Loi du 1er Juillet 1901, a pour but de réunir l’ensemble des psychiatres hospitalo-universitaires (professeurs des universités, maîtres de conférences et praticiens hospitalo-universitaires) responsables de l’enseignement de la Psychiatrie en France, ainsi … lire la suite

Découvrir le « Collège universitaire national des enseignants d’addictologie ».

Le CUNEA a pour objet :

  1. De promouvoir l’enseignement sur les toxicomanies, l’alcoologie et la tabacologie en médecine et dans les différentes professions … lire la suite

Découvrir l « Association nationale pour l’Enseignement de la Sémiologie Psychiatrique ».

Ces objectifs sont :

 Fédérer sur le plan national les psychiatres intéressés et/ou travaillant sur la sémiologie psychiatrique.

• Sensibiliser les jeunes psychiatres à … lire la suite

D’autres articles sur la médecine : Cliquez ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *