La fin du game

"Le jeu est la respiration de l'effort, l'autre battement du cœur. Il ne nuit pas au sérieux de l'apprentissage. Il en est le contrepoint."
Daniel Pennac

 La fin du game : petit synopsis

Les jeux vidéo sont devenus une des composantes de notre quotidien. En effet, on voit des personnes de tous les horizons s’adonner à ce loisir électronique un peu partout. 

Finalement, aucun lieu n’y échappe, du bureau aux transports en passant par les toilettes ou la maison, il est dans notre quotidien partout et tout le temps. Le salon, du coup, n’est absolument pas l’espace exclusif du jeu.

Le temps du jeu vidéo se glisse ainsi dans tous les « temps libres », si petits soient-ils. Ajoutons que le joueur « type » n’est plus, désormais, cet adolescent campé dans le canapé et spécialiste du tir, car tout le monde joue. En outre, jouer permet autant de se discipliner (sur le lieu de son travail par exemple) que de se détendre ! Au total, le jeu permet de structurer son quotidien, car comme la culture, il rythme notre vie.

Enfin, l’étude pointe une pratique qui se révèle bien moins solitaire qu’on le pense et, au contraire, beaucoup plus tranquille qu’on ne l’imagine.

La fin du game : sa place dans l’édition et la recherche

Ce livre diffère d’abord par son objet, car si beaucoup de travaux de recherche ont été consacrés à l’univers des jeux vidéo, peu se sont penchés sur l’univers des joueurs et joueuses. 

Par conséquent, il s’agit dans ce livre de comprendre comment ces joueurs, joueuses, pratiquent leurs différents « mode d’habiter ». Cette notion, empruntée à la géographie sociale, permet de ne pas séparer le monde virtuel du monde réel et constitue la deuxième originalité de cette approche. 

La troisième originalité est la mise en place d’une méthode de visionnage du joueur, joueuse, afin d’évaluer si oui ou non se confirme l’intensivité et l’immersion du jeu.

Le livre

La fin du game

À la maison ou dans les transports, au bureau ou aux toilettes, les jeux vidéo sont partout. La banalisation de ce loisir électronique dans toutes les tranches d’âge et toutes les catégories de la société s’est accompagnée d’une diversification des publics mais aussi des manières de jouer.
Loin de l’image caricaturale du mâle adolescent jouant des heures durant à des jeux de tir, désormais les jeux vidéo sont pour beaucoup une activité ordinaire qui trouve place dans les interstices, les temps libres des routines journalières ou hebdomadaires. Ils sont imbriqués dans les modes de vie et contribuent aux modes d’habiter. Lire la suite

Les auteur.e.s

La pépite : reportage et première analyse autour du jeu vidéo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *